Au-Delà D’Évangélique: Partie III


« N’allez pas là où le chemin peut mener; aller plutôt là où il n’y a pas de chemin et laissez une trace « .                    ~ Ralph Waldo Emerson

La série entière « Au-delà d’évangélique » (y compris ce post) a été compilée dans un livre électronique de 80 pages de l’auteur Frank Viola avec de nombreux nouveaux chapitres ajoutés. Rendez-vous sur www.frankviola.org pour en savoir plus sur le livre électronique (en anglais).

Stéphane

****

Cet épisode de la série de postes intitulée Au Delà D’Évangélique présente deux choses.  Tout d’abord, la mise en évidence d’un commentaire de quelqu’un. Deuxièmement, l’interaction avec d’autres remarques faites suite à la publication de l’épisode précédente.

 

Un Commentaire Intéressant A Souligner

J’ai été encouragé à lire autant de commentaires perspicaces sur les messages que j’ai publiés depuis mon retour au blog. Beaucoup d’entre eux étaient excellents et utiles. Mais il y avait un en particulier qui s’est démarqué. Il était de Jonathan Cottrell. Il l’a écrit en réponse à Au-Delà D’Evangélique: Partie II. Voici ce qu’il dit:

Christ est tout. Mon épouse et moi avons récemment eu une conversation qui tourne autour de la façon dont les gens résumeraient leur foi en un seul mot. Ce seul mot parle plus que mille mots, si vous me le demandez. J’imagine que les groupes se résumeraient comme ce qui suit:

Groupe 1 [Les Systématiseurs]: « Grâce » ou « Vérité »

Groupe 2 [Les Activistes]: « Amour » ou « Mission »

Groupe 3 [Les Émoteurs]: « Esprit » ou « Puissance »

Groupe 4: [Ceux Qui Vont Au-delà de l’Évangélisme] « Jésus » ou « Christ »

Y a-t-il un mot qui devrait résumer notre foi commune que Son Nom? Je ne crois pas.

 

Interaction Avec D’Autres Commentaires

Il est certain que l’un des refoulements à ce que Jonathan a dit est, «Êtes-vous en train de dire que les autres courants n’aiment pas Jésus? Ou qu’ils ne sont pas centrés sur le Christ? « 

Je ne peux parler au nom de Jonathan, mais je soupçonne qu’il dirait « absolument pas. » Le point de son commentaire, c’est que d’autres mots et concepts ont souvent tendance à être plus dominants dans le vocabulaire et la pensée de certains que Jésus Lui-même. Voici ce que j’ai écrit à une autre personne sur un autre blog au sujet de cette même question:

A mon sens, tous les courants diraient qu’ils sont « Christ-o-centrique ». Et en réalité, certains des leaders du premier, deuxième et troisième courant serait certainement cités en cela  –  Bien que * beaucoup * dans le courant 1 seraient mieux décrit comme étant  « centrés sur Dieu » plutôt que / contre  » centrés sur Jésus » selon leur propre aveu. Et dans le courant 3, beaucoup seraient mieux décrit comme «centrés sur le Saint-Esprit  » plutôt que / contre  » centrés sur Jésus. » Certains (pas tous) dans le courant 2 sont plus  » centrés sur la Mission», faisant valoir que la missiologie vient avant la Christologie (ainsi l’ont- ils dit).

Avec le courant 4, la centralité du Seigneur Jésus-Christ est en avant et au centre et imprègne tout le reste, presque au point de l’obsession. C’est même presqu’indissociable des mots immortels de Larry Crabb: «Notre passion pour Jésus est la seule passion qui ne nous détruira pas. Ou, comme je l’ai mis ailleurs: Christ est Tout, tout le reste n’est que commentaire.

Il est trop facile de remplacer une «chose» qui est liée à Jésus-Christ Lui-même. Je le sais par expérience. Et nous sommes tous susceptibles à le faire sans s’y rendre compte. Je ne sais pas si vous êtes familier à mon livre Jesus Manifesto (Le Manifeste de Jésus) écrit avec Leonard Sweet. Mais la réponse écrasante au livre, qui était extrêmement pleine d’humilité pour moi, a provoqué certaines des analyses dans ma série. Beaucoup de lecteurs ont dit qu’ils croyaient qu’ils étaient centrés sur le Christ, mais ont réalisé qu’ils ne l’étaient pas vraiment. Le kilométrage de chacun peut bien sûr varier; mais cette réponse était éclaircissante.

Jesus Manifesto (Le Manifeste de Jésus) est en quelque sorte un manifeste  du genre de ceux que j’appel  «Au-Delà D’Évangélique ». . . puisque c’est la meilleure façon que je connaisse pour  décrire ces personnes (et nous existons vraiment). Je déteste moi-même les étiquettes, mais j’ai admis  sans vergogne dès le début de la Partie II de la série que je ne sais pas comment communiquer de façon intelligible sur les courants divergents au sein de l’évangélisme sans les employer.

Le « dessein éternel de Dieu » (du moins la façon dont je crois que les Écritures le révèle) et «vivre par la vie * résidente * de Christ » sont, selon mon expérience et mon observation, les notes manquantes dans les trois autres courants. Je le dis tout en parlant comme une personne ayant fais partir des trois autres courants avant de passer « au-delà » (façon de parler), et à travers dialogues avec certains des «leaders» reconnus de ces autres courants lors de conversations privées.

Quoi qu’il en soit, c’est de cette manière que le terrain se présente de ma colline. Mais je pourrais être en train de regarder à  l’arrière des rochers tandis que d’autres regarderaient les côtés avant.

 

Autres Observations

  • «Au-delà d’évangélique» n’est pas un mouvement. Nous n’avons pas non plus un «leader». Et je n’en connais personne qui soit intéressé par le poste. Un certain nombre de gens (moi-même y compris) articulent les quatre notes au sujet desquelles les au-delà d’évangéliques sont passionnés. Mais cela ne les /ne nous rend pas « leaders » de la tribu. Pas au sens formel de toute façon.
  • En considération de la Partie II de la série, il n’y a pas mieux / pire . . . bon / mauvais . . . parmi les quatre courants. Chaque courant représente un segment du corps du Christ qui est tout simplement différent des autres. Ceux qui ont lu mes œuvres sont bien conscients que l’élitisme, l’exclusivisme, et le sectarisme sont au sommet de ma « liste de haine. » Différent ne signifie pas meilleur ou pire.
  • Discuter de l’évolution des changements au sein de l’évangélisme aujourd’hui encourage le dialogue. Même si nous ne sommes que deux publications dans les séries (à ce moment précis), ces publications ont suscité beaucoup de conversation entre les Chrétiens, dont la grande majorité a été saine et encourageante.
  • Comme je l’ai indiqué dans l’introduction de la Partie II, les labels et les catégories sont nécessaires pour communiquer les distinctions au sein d’un évangélisme contemporain. Il n’y a rien de mal en soi à employer un label. Le mot «Chrétien» est un label. Et de même aussi est « Asiatique »,  » ‘Italien », « Américain », « Ingénieur », « Démocrate », « Libéral » et « Blogueur ». Les labels et les catégories ne devraient pas diviser les gens. Donc, si vous vous opposez à l’emploi (ou l’écoute) des «labels» ou pas, le fait demeure: Nombres de chrétiens dans leur 20s, 30s, et 40s (Mosaïques et Busters) partagent quelque chose en commun. Ils en ont assez de l’état de l’évangélisme moderne et ce qu’il a produit. Ces disciples de Jésus sont des Chrétiens évangéliques, mais ils ne correspondent pas au modèle de soit la droite religieuse ou la gauche Chrétienne. J’ai choisi d’appeler ce groupe « ceux qui vont au-delà d’évangéliques. » Si vous voulez les appeler par un autre nom, sentez-vous libre. Appelez-les «Chrétiens» si cela vous rend heureux. Ou dites tout simplement «ces gens là» si cela vous convient mieux.
  • Comme je l’ai souligné dans la Partie I, l’évangélisme est devenu un mouvement rattaché. Juste l’autre jour Zondervan m’a envoyé leur nouveau livre, Four Views on the Spectrum of Evangelicalism (Quatre Points de Vue sur le Spectre de l’Evangélisme). Dans ce document, Kevin Bauder retrace le fondamentalisme; Albert Mohler retrace l’évangélisme confessionnel; John Stackhouse retrace l’évangélisme générique; et Roger Olson l’évangélisme post conservatif. Ce livre coupe la ligne de l’évangélisme contemporain en utilisant des points de vue théologiques. En revanche, ma série se concentre sur les Mosaïques et Busters qui n’entrent pas dans l’évangélisme classique.
  • l’Evangélisme ne doit pas être confondue avec l’évangélisation. La première est une classification de la croyance dans le christianisme. La dernière est une activité. Les deux sont différents.
  • Je tiens à répéter ce que j’ai dit en début de la Partie II d’autant plus que quelques personnes auraient raté (probablement en raison du « scannage » de la publication): «Comme toute autre chose, il y a toujours des exceptions, des chevauchements et des sous-groupes qui ne correspondent pas exactement à ces quatre courants évangéliques. Ne considérez donc pas cette enquête comme une science exacte. Pourtant, d’après mon observation et mon expérience, ce qui suit sont les quatre courants les plus importants et les plus influents au sein du Christianisme évangélique aujourd’hui lesquels sont peuplés principalement par les gens dans leur 20s, 30s, et 40s. . . les labels que j’emploie sont des outils tout simplement que j’ai créé pour communiquer de façon intelligible sur le sujet. Ils sont nécessaires pour distinguer chaque courant les uns des autres. Cependant, ils ne constituent pas une dénomination ou une tribu formelle. Et ils ne devraient pas être utilisés pour désigner une personne particulière. « 

Tout cela efface le terrain et ouvre la voie à la partie IV. . .

Publicités
Cet article a été publié dans Spiritualité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Partages Ta Pensée:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s